Comment s’intégrer au Maroc pour un nouvel étudiant ? CHRONIQUE DU SORCIER N°1

Chaque année des centaines d’étudiants boursiers subsahariens arrivent au Maroc pour les études supérieures, une coopération existante depuis des décennies à travers l’AMCI (l’Agence Marocaine de de la coopération internationale). Le Maroc est un pays en voie de développement notamment dans l’éducation. Le royaume est en avance par rapport à une plénitude de pays d’Afrique d’où l’arrivée massive, chaque année, des étudiants sur le sol chérifien. Ces étudiants sont souvent confrontés à des problèmes d’intégration non seulement dans leur établissement d’étude mais aussi leur vie quotidienne.

Les nouveaux arrivant se font séduire par la beauté architecturale des villes, pour d’autres du jamais vu, ils se sentent déjà en Europe, une nouvelle aventure peut-être toute rose. Ces sentiments sont souvent transformés en désillusion, en mécompte et même pire s’ils n’arrivent pas à s’intégrer.

Le premier pas dans les établissements universitaires du Maroc

Au début l’assimilation des cours peut être l’ardu, dans beaucoup de pays subsahariens les programmes au lycée sont obsolètes et même incomplets, cela occasionne des répercussions sur les étudiants. Ils ont du mal à comprendre les cours et même « perdus dans la tête ». Pour remédier à ce mal, vous êtes obligés de suivre des cours tout seul sur YouTube (l’accès aux NTIC est favorable) ou bien demander de l’aide aux étudiants marocains qui semblent être très gentils au début. Aussi d’autres sont embarrassés d’être parmi les blancs, ils se sentent gênés de parler dans les amphis, de poser les questions, vous êtes tenus de surmonter ces peurs et sans oublier qu’ils (les marocains, NDLR) sont comme vous : peut-être même, vous êtes mieux que certains dans la prise de parole. Les premiers cours et examens peuvent être durs. N’abandonnez surtout pas, à la fin vous vous familiariserez et tout deviendra fastoche.

La langue, un problème majeur à affronter

Le plus grand hic qu’on rencontre dans les établissements marocains est la barrière linguistique. Les étudiants marocains sont plus expressifs en Darija (dialecte dérivé d’arabe) qu’en français. Les étudiants subsahariens se sentent marginaliser beaucoup, parfois même certains professeurs ont tendance à expliquer le cours en darija. Vous êtes obligés de demander les « camarades ouverts » à vous éclaircir sinon demander au prof de le refaire en français. Certains peuvent être compréhensifs par contre d’autres ne vous prêteront aucune attention. Certains pourront vous répondre farouchement.

Les amitiés pour l’étudiant subsaharien au Maroc

N’oubliez pas qu’avec des cultures aussi différentes, il est difficile de se faire des amis intimes comme chez vous. Ils sont amis avec vous pour des moments de cours et quand ils ont des services à vous demander. Vous êtes toujours considérés comme des étrangers, pis, difficile de se faire de petit(es) ami(es). Alors ne pas forcer les relations, à la fin vous êtes dans la majorité des cas déçus, il vaut mieux être gentils avec eux et oublier une amitié intime.

La nourriture et le transport pour l’étudiant

Le Maroc est un pays où le coût de la vie est élevée, le manger dans les restos est coûteux à vos yeux surtout si vous ne percevez pas beaucoup auprès de votre gouvernement. Vous êtes obligés de faire l’amalgame avec les œufs ou préparer soi-même afin de mieux économiser. Pour le transport, il est cher dans les grandes villes telles que Rabat, Casablanca, Marrakech… Les bus ou trames sont moins chers ou bien chercher un engin (le vélo est vraiment mieux, la moto, pourquoi pas ? si vous en avez les moyens).

Votre sécurité au Maroc, votre part de responsabilité

Comme dans beaucoup d’autres pays, l’insécurité est toujours à signaler. Vous devez faire attention à ne pas marcher seul pendant la nuit dans des coins éloignés, certains sont souvent victimes d’être poignardés et dépossédés de leurs objets. D’autre part des jeunes délinquants dans la rue peuvent vous provoquer en vous insultant, ridiculisant ou en vous fixant les yeux avec mépris. Vous ne devez en aucun cas tenir compte, suivez votre chemin et ne prêtez pas attention à ces incitations.
Pour ne pas se faire offenser, emprunter les chemins fréquentés par le public et éviter de fréquenter les clochards.

N’hésitez pas à partager avec vos amis et me revenir pour des questions. A bientôt pour un autre numéro !

Ibrahima Magassouba

A découvrir sur AfriMaghreb

Partagez

3 thoughts on “Comment s’intégrer au Maroc pour un nouvel étudiant ? CHRONIQUE DU SORCIER N°1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate AfriMaghreb
Facebook
Facebook
LinkedIn