Des blessés dans une bagarre entre étudiants guinéens et tchadiens à Kenitra

La communauté subsaharienne de Kénitra (Maroc) a été témoin d’un échange de coups de poing entre les étudiants du Tchad et leurs confrères de la Guinée ce dimanche 21 avril, a appris AfriMaghreb.

On déplore sept blessés légers, côté guinéen. « Ils étaient en surnombre, c’était une centaine. Nous, nous étions au moins 15. Nous sommes amis avec toutes les communautés même les tchadiens, nous étions surpris de les voir nous attaquer et tomber sur nous avec des bâtons et des cailloux » explique un responsable à la communication du bureau local de l’ASEGUIM (Association des Stagiaires, Élèves et Étudiants Guinéens au Maroc). 

Depuis Rabat, le Secrétaire Général de la communauté estudiantine guinéenne au Maroc s’est saisi de l’affaire. Abdoulaye Barry est d’urgence allé sur le terrain pour constater les faits. Joint par la rédaction, il remonte la chronologie : « tout a commencé le samedi lors des demi-finales qui opposaient le Mali à la Guinée et la Guinée Bissau au Tchad » introduit-il. 

Poursuivant, Barry Abdoulaye ajoute que c’est « pendant le match de la Guinée, il y’a eu un quiproquo par rapport à un penalty octroyé au Mali, décision qui n’a pas été acceptée par la Guinée et qui a conduit au refus systématique de tirer ce dernier en faveur du Mali. Les altercations ont commencé là selon les différentes sources. Le Président de la CESAM (Confédération des Étudiants Élèves Stagiaires Étrangers au Maroc, NDLR) aurait pris la décision de disqualifier la Guinée sur le champ pour leur refus d’obtempérer à la sentence prononcée par le maître du terrain. » 

« Le lendemain vers 11h (jour de la finale, NDLR), la Secrétaire Générale de l’ASEGUIM de la dite ville m’a interpellé par rapport à la situation, après avoir entendu sa version des faits. J’ai appelé le responsable de la CESAM pour trouver un terrain d’entente, discussion au cours de laquelle, je lui ai proposé des solutions afin d’éviter que ça dégénère. Il semblait comprendre l’enjeu et il m’a promis d’y réfléchir avec les responsables de la communauté Malienne comme je l’ai suggéré : suggestion qui fait allusion à la raison d’être de cette confédération et qu’elle se devait de préserver ces liens à tout prix » affirme M. Barry.

 Sur le déroulement des faits ce dimanche lors de la finale, les guinéens auraient empêché que la finale se joue avant qu’ils ne soient rétablis dans leurs droits. Le bureau local de l’ASEGUIM à travers sa cellule de communication regrette  » l’irresponsabilité » de la CESAM et accuse son Président de s’être rangé du côté des tchadiens. « Ils ont été instruits par le Président de la CESAM pour nous attaquer » charge un responsable.

 « Nous avons été disqualifiés par la CESAM comme son Président est guinéen. Nous leur avons dit que ce n’était pas possible que nous soyons retirés du tournoi de la sorte et avons décidé de rencontrer le Président chez lui. Malheureusement, il nous a menacés et a promis d’envoyer la police contre nous ». 

 Joint par la rédaction pour son droit de réponse, Kelly Mansaré, Président de la CESAM Kénitra, s’est dit choqué pour les accusations portées contre lui par l’ASEGUIM Kénitra. Inciter une communauté contre une autre « c’est trop dit« , dément-il. « Avant tout d’abord, je suis Guinéen et fier de l’être mais aussi président de la CESAM KENITRA je défends l’intérêt national de tous les pays en respectant la loi et le statut de la confédération » ajoute M. Mansaré

A noter que nos tentatives pour avoir sa version des faits et celle des tchadiens n’ont pas abouti « actuellement essayons de trouver des solutions pour le futur des jeunes étudiants de Kenitra» a-t-il conseillé. 

Pour la suite des événements, le Secrétaire Général de l’ASEGUIM CENTRALE à Rabat et son bureau regional de Kénitra ne comptent pas lâcher. Une assemblée générale extraordinaire a été tenue et ils ont apporté leur soutien aux personnes blessées pour les soins. A présent, ils poursuivent « les procédures judiciaires pour que plus jamais une scène pareille se produise à l’encontre des leurs ou d’une autre communauté membre de la CESAM. »

Aya Ouédraogo
Contact rédaction : afrimaghreb@gmail.com

A découvrir aussi

Partagez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate AfriMaghreb
Facebook
Facebook
Google+
http://www.afrimaghreb.com/des-blesses-dans-une-bagarre-entre-etudiants-guineens-et-tchadiens-a-kenitra">
LinkedIn