Economie : l’Eco, une monnaie de la CEDEAO ou de la zone UEMOA ?

L’éco, c’est le nom de la monnaie unique de la zone CEDEAO qui devrait être mise en circulation à partir de 2020. Mais les investigations émanant de nos recherches attestent que c’est finalement seule dans la zone UEMOA que l’éco circulera comme monnaie unique. Ce sont donc huit Etats d’Afrique de l’ouest (Côte d’Ivoire, Sénégal, Mali, Togo, Benin, Burkina, Guinée Bissau et Niger) qui utiliseront l’éco en lieu et place du franc CFA actuel. Cette décision ruine ainsi l’espoir de ceux qui veulent voir toute la CEDEAO (15 Etats-membres) unir autour d’une devise commune à l’instar des 27 de la zone Euro. La question qui revient aux lèvres de ces amoureux d’une monnaie unique en zone CEDEAO est : pourquoi l’éco ne sera-t-elle plus la monnaie unique de la CEDEAO mais celle de l’UEMOA?  Permettons-nous de répondre sans faux-fuyant.

L’immixtion française

Si le président ghanéen Akufo Addo et Muhammadu Buhari du Nigéria ont refusé d’adhérer à la monnaie unique de la CEDEAO, cela est largement dû à l’immixtion sinon l’ingérence de la France dans les affaires internes de la CEDEAO.

En effet la France, sous la houlette d’Emmanuel Macron voudrait que l’éco soit forcément le substitut du Franc CFA. Cela revient à dire que l’éco serait fabriquée dans un bourg français, Clermont-Ferrand où la devise serait garantie par le trésor français à plus de 50%. Au fait, chaque habitant de la zone doit comprendre que la moitié de sa richesse sera campée dans les établissements financiers français et ne lui sera restituée en cas de besoin, comme des vulgaires personnes incapables de garder elles-mêmes leur bien. C’est donc l’ensemble de ces conditions que les présidents Buhari et Akufo Addo ont refusé. 

Mettre fin à la réticence ghanéenne et nigérienne

La France, sachant ce qu’elle gagne dans une telle affaire, a multiplié les échanges pour au moins convaincre l’un des principaux acteurs du front de refus notamment le Président ghanéen. Ainsi, Emmanuel Macron s’est déplacé lui-même à Osu, au palais présidentiel à Accra. Mais il en a eu pour son compte. On se souvient tous de cette vidéo ayant circulé sur la toile dans laquelle Akufo Addo disait clairement que l’Afrique doit prendre elle-même sa destinée en main. Et bien, ce discours voilé est la réponse publique du refus à son adhésion à l’éco tel voulu par la France.

Macron n’ayant toujours pas lâché prise, en a parlé encore lors du passage récent du numéro un ghanéen à Paris. Mais le successeur de John Dramani Mahama est resté inflexible face à cette proposition nauséabonde et honteuse pour le peuple ghanéen, selon un proche du Ministre de la santé du pays. Il va ainsi également pour le Nigeria qui refuse même de prendre part à une telle discussion.

Irie Bi Tra
Contact rédaction : afrimaghreb@gmail.com

A découvrir…


Partagez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate AfriMaghreb
Facebook
Facebook
LinkedIn