Egypte : libéré, l’étudiant Bilal Bah va être expulsé vers Conakry

CAIRE- Mohamed Bilal Bah, étudiant guinéen de 34 ans n’a eu aucune chance de continuer à vivre en Egypte. Les services de l’immigration auxquels son expulsion est confiée l’ont conduit à l’aéroport du Caire où il quittera à 2h du matin pour rejoindre Conakry. Son épouse en compagnie de quelques amis proches l’a accompagné. Finalement, sa femme et ses 3 gosses doivent y rester d’abord, le temps pour eux de régler quelques formalités liées au voyage, a révélé africaguinee.com citant de sources diplomatiques.

Arrêté le 10 septembre dernier à son domicile sans que personne ne sache les raisons, Bilal Bah a été confié à la police d’Etat égyptienne. Il est aujourd’hui contraint de quitter son pays d’adoption depuis 2011.

« Bilaly quittera le Caire cette nuit (…). À l’heure où je vous parle, Monsieur Bilaly est à l’aéroport du Caire en compagnie de certains membres du bureau des étudiants. Désormais, il est à la disposition des services de l’immigration qui doivent coordonner son retour au pays. Son épouse est également présente à ses côtés. Mais cette dernière et les enfants ne voyageront pas avec lui. Ils attendront à leur tour les billets d’avion qui sont à la charge de la famille. S’agissant des raisons de son arrestation, j’attends toujours la réponse de la section consulaire du ministère égyptien des affaires étrangères » a confié à africaguinee, l’ambassadeur de Guinée basé Caire, Soriba Camara.

L’arrestation de ce jeune étudiant guinéen par les services secrets égyptiens suscite des interrogations au sein de la communauté guinéenne au Caire. Toutefois, certains estiment que Mohamed Bilal Bah a eu plus de chance que le comorien avec lequel il a été arrêté la même nuit. Ce dernier aurait été traduit devant la justice Egyptienne et risquerait jusqu’à 20 ans de prison.

L’expulsion de notre compatriote intervient au moment où des manifestations contre le régime du président Abdel Fattah Al Sissi sont signalées dans bien d’endroits du pays avec au moins 1000 arrestations signalées.

Partagez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate AfriMaghreb
Facebook
Facebook
LinkedIn