Le pain est-il sacré au Maroc ?

Dans la société marocaine, laisser un morceau de pain par terre ou dans une poubelle est déconseillé. Les restes de pain sec ou même moisi, doivent être soigneusement entretenus à l’abri des pieds, de l’eau ou des déchets organiques. La question que je me suis posé était de savoir si c’était pour une sacralité de cet aliment ou une simple pratique civilisationnelle.

Est-ce le pain est – il sacré aux yeux des marocains ?

Sans doute la réponse est non mais cependant il y a d’innombrables marques de respect pour lui. Le chercheur William Marchais dans son livre Textes arabes de Tanger écrivait :
« Le pain, dit le Marocain, est le bienfait de notre Seigneur Dieu ; c’est de lui que nous vivons. Aussi y a-t-il chez nous une habitude : c’est que les petits enfants doivent embrasser le pain donné par leur mère et dire « Au nom de Dieu » ; c’est seulement après qu’ils le mangent. Si un homme, mangeant du pain, en laisse tomber une miette par terre, il la relève, l’embrasse et la mange. Et si, marchant dans la rue, il aperçoit devant lui un bout de pain tombé à terre, il le relève, l’embrasse et le met dans l’embrasure d’une lucarne, pour que personne ne le foule aux pieds ou ne passe par-dessus. » p. 127.
Par ailleurs, des rapporteurs de hadiths (paroles et actes du Prophète Mohamed (PSL), notamment Al Boukhari et Mouslim, évoquent la pitié pour les animaux comme une source de hassanat (bénédiction divine pour le paradis) selon le prophète (PSL) de l’islam.
C’est le cas de la prostituée israélite qui a abreuvé un chien haletant de soif autour du puits et qui, aurait été pardonnée pour tous ses péchés de prostituée grâce à ce seul bienfait vis-à-vis de l’animal. (d’après Abou Houreira).
Attention ! Cela ne vient pas confirmer la sacralité du pain en islam; non, pas du tout, mais la nécessité de conserver certains restes de manger pour les animaux pour bénéficier de la grâce du seigneur.

Mais et les autres restes d’aliment ?

A l’instar du pain, tous les autres aliments que consomment les sociétés marocaines sont gardés et protégés contre le gaspillage. Naturellement, à quoi bon de jeter de la nourriture lorsqu’elle pourrait encore servir à rassasier d’autres ?
Comme c’est du pain, il s’agit exclusivement dans cet article, cet aliment se distingue bien des autres. Tant qu’il est gardé au sec, il peut encore être consommable soit par des pauvres nécessiteux ou par les animaux (les chevaux par exemple sont aussi nombreux que les ânes, chèvres, moutons, lapins…). Donc le jeter à la poubelle, c’est comme priver des affamés de nourriture… Ni les pauvres ne peuvent en tirer des déchets, ni les animaux ne peuvent y avoir accès.
 

Que doit – on faire des restes de pain ?

Les restes de pain, même les miettes qui tombent à la table à manger, doivent être amassés à l’abris de l’eau et de toute moisissure, dans un lieu où d’autres peuvent les découvrir soit pour leurs animaux ou pourquoi pas en manger si ce n’est pas à un état de nuire à l’homme.
Nombreuses sociétés africaines d’ailleurs condamnent fermement tout gaspillage de nourriture de peur que les dieux ou Dieu Tout-puissant ne se mettent en colère pour faire abattre la famine sur la société ou la famille. Alors ne jetez jamais du pain au Maroc. Quand vous jetterez par terre un morceau de pain en présence de marocains, ils le ramasseront et le poseront ailleurs. Vous montrez être étranger et serez conseillé à ne plus reprendre.
Je serai heureux de découvrir, dans vos commentaires, les sanctions susceptibles d’être infligées aux gaspilleurs de nourriture chez vous, dans votre culture.

L’Afroblogueur, AfriMaghreb

A découvrir sur AfriMaghreb : Kemi Seba au camp des migrants à Rome, « les nôtres ne viennent pas en Italie par amour de la pizza»

Partagez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate AfriMaghreb
Facebook
Facebook
Google+
http://www.afrimaghreb.com/le-pain-est-il-sacre-au-maroc">
LinkedIn