Maroc : agressée et doigt cassé, la journaliste Obité raconte sa mésaventure

Mlle Sylvie Obité, journaliste ivoirienne travaillant  à « Kulture Mosaik », radio du Centre Culturel Africain du Maroc, a été victime d’une agression le jeudi 24 janvier, au marché de légume de « Takadoum » a rapporté le quotidien fratmat.  Elle s’en sort avec un doigt cassé, et un mois d’invalidité. L’agression a-t-elle dénoncé s’est déroulée devant des commerçants et clients marocains.

« Ils assistaient à la scène. Pendant que le jeune marocain m’agressait, me traînait dans la boue… Personne, absolument personne, n’a levé le petit doigt pour me secourir », a-t-elle témoigné via internet.

« Je ne me sens plus du tout en sécurité au Maroc. Quand je marche dans la rue j’ai peur. J’ai tout le temps l’impression que quelqu’un viendra m’agresser », a-t-elle constaté, en décrivant son traumatisme.

Retour sur les faits

« J’avais fini le boulot un peu plus tôt ce jour-là. Alors je me  suis rendue au marché de légume du quartier voisin «Takadoum ». Car  mes connaissances m’ont dit que c’est un marché où les articles coûtent moins chers », a  expliqué Sylvie Obité.

La journaliste qui habite  à Hay Nada 1, précise que c’est pendant qu’elle était  en train de regarder les marchandises qu’elle a reçu un coup de poing sur la tête. « Je suis tombée dans la boue car il avait plu… Je regarde c’est un jeune marocain d’environ une vingtaine d’années. Il a continué à me tabasser pendant que j’étais par terre », a-t-elle poursuivi.

Tout pour voler un sac

La journaliste  affirme avoir lutté avec son agresseur qui finalement a réussi à arracher son sac à main. « J’ai lutté un peu, le sac avec lui car  j’avais de l’argent, mes verres pharmaceutiques et des papiers à l’intérieur. Mais par la suite, j’ai lâché prise car j’avais très mal au doigt. Finalement il m’a arraché le sac pour fuir… ».

Puis, « Je me suis relevée de la boue. Tout le monde me regardait sans même un mot ou des gestes de compassion. La scène s’est déroulée à 15h. Juste après cela, je me suis rendue à l’hôpital,  car j’avais très mal au doigt cassé … », a-t-elle ajouté.

Une insécurité ciblée ?

Par ailleurs, Sylvie a insisté sur l’insécurité « grandissante » au Maroc. « Il faut dire que l’insécurité est grandissante au Maroc. Les jeunes marocains sous l’effet de la drogue agressent tout le temps. Et ils visent  la communauté africaine subsaharienne. On n’est pas protégés. On est livrés à nous-mêmes ».

Résidant au Maroc depuis quatre ans, Sylvie Obité est une journaliste professionnelle ivoirienne membre de l’UNJCI. Elle est également la présidente du Réseau International des Femmes Leaders (Rifel), un mouvement  qui défend les droits de la femme.

I.S, fratmat

A découvrir …

Partagez

One thought on “Maroc : agressée et doigt cassé, la journaliste Obité raconte sa mésaventure

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate AfriMaghreb
Facebook
Facebook
Google+
http://www.afrimaghreb.com/maroc-agressee-et-doigt-casse-la-journaliste-obite-raconte-sa-mesaventure">
LinkedIn