Maroc : Oumou Sangaré, Tiken Jah et Sidiki attendus au Mawazine

C’est bien vrai, ce sera à Rabat ! Trois voix, trois légendes  de la musique mandingue seront au plus grand rendez-vous de musique en Afrique, et deuxième au plan international. Les trois artistes, tous en provenance de la République du Mali se produiront dans la capitale marocaine à l’occasion de la 17ème édition du Festival International de Musique Mawazine en ce début d’été 2018.

Oumou Sangaré, 23 Juin à 22h00 Scène BOUREGREG, accès Gratuit/Payant

L’artiste chanteuse de 50 ans est née à Bamako. Elle est devenue une vitrine de la musique traditionnelle africaine à travers le genre Wassoulou (tiré du manding) qu’elle sait bien rythmer. Connue du grand public en 1988 à travers son premier album « Moussoulou », Oumou Sangaré est l’ambassadrice de la couche féminine et de la cohésion sociale. Avec plusieurs albums à son actif, la diva est à l’affiche de tous les grands festivals de musique dans le monde : Opéra de Sydney, Central Park, Roskilde, Essaouira, Opéra de la monnaie de Bruxelles, Queen Elisabeth Hall.

Tiken Jah Fakoly, samedi 30 Juin à 22h00, Scène BOUREGREG, accès Gratuit/Payant  

 Agé de 50 ans Tiken Jah est né Moussa Fakoly Doumbia. Pour ses prises de positions contre la dictature et la mal gouvernance, l’artiste ivoirien s’est exilé au Mali pour plusieurs années. C’est avec le groupe Djelys en 1987 qu’il commence à tracer son chemin au niveau régional avant de se produire sur des scènes européennes 10 ans plutard. Depuis 2003, le reggae-man est au rendez-vous des grands événements de la musique engagée. Avec Mangercratie en 1996, Cours d’Histoire en 1999, le Caméléon en 2000, la Françafrique en 2002, le Coup de gueule en 2004, l’Africain en 2007, African Revolution en 2010, le Dernier appel en 2014 et Racines en 2015, Tiken Jah est considéré par la jeunesse africaine comme un modèle du panafricanisme.

Sidiki Diabaté,  27 Juin à 22h00, Scène BOUREGREG, accès Gratuit/Payant       

Surnommé le prince de la Kora (l’instrument de musique qu’il hérite de son père), Sidiki Diabaté est le fils du célèbre roi de la Kora, Toumani Diabaté. Né en 1992, il est issu d’une famille de griots qui l’a bercé de douces mélodies mandingues avant de fréquenter l’Institut National des Arts du Mali. Il fait ses premiers pas dans le rap avec Iba One avant de se retourner à la musique populaire. Il dédicace son album Diabatéba Music en 2016 et acquiert une renommée internationale à travers non seulement sa voix suave mixée sur sa Kora avec une numérisation approfondie (lui-même étant un ingénieur de son). Il est sacré disque d’or 2017 avec Booba, disque d’or 2017 avec Niska, disque de platine pour son album Lamomali.

Découvrez également le programme de Niska et Damso au Festival International de Mawazine.

Partagez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate AfriMaghreb
Facebook
Facebook
LinkedIn