Odia Mamady Kaba “nous nous battons également pour la bancarisation de la bourse, l’accompagnement des doctorants…”

Du mouvement de grèves aux tractations pour rehausser les bourses des étudiants guinéens en passant par les revendications pour les cas d’omission, Odia Mamady Kaba ne semble pas épuiser toutes ses forces. L’étudiant en fin de cycle de Master, après ses succès avec ASEGUIM Beni Melal et celle de Tanger, se déclare officiellement candidat pour briguer la présidence du Conseil Consultatif de l’Association des Elèves, Etudiants et Stagiaires Guinéens au Maroc (ASEGUIM). Organe de contrôle de la législation et des dépenses de l’organisation, le Conseil Consultatif est l’épicentre des pouvoirs décisionnels et son fonctionnement tient ainsi compte d’énormes expériences garanties par un leadership avéré. Joint au téléphone depuis Tanger, le candidat plutôt serein et confiant dégage évoque ses motivations (entretien). 

AfriMaghreb : Bonjour M. Kaba

Odia Mamady : Bonjour à vous.

Brièvement qui Odia Mamady ?

Je suis Odia Mamady Kaba, Médecin Biologiste, Boursier de l’Etat Guinéen  au Maroc, Étudiant chercheur en Master 2 Environnement marin/ Exploitation des ressources aquacoles marines à la Faculté des Sciences et techniques de Tanger

Qu’est-ce qui motive votre candidature au poste de président du CC ?

Depuis les premières années de la création de notre Association, nos aînés ont constitué des institutions pour que le vivre ensemble, la fraternité, l’excellence, la bonne gestion, l’amour et le respect de la chose publique  puissent nous guider. Mais les dernières années de la gestion de ce patrimoine ont montré des défaillances plus que contradictoires. Mauvaise foi, manque de transparence, de moralité en un mot de leadership. C’est pour remédier à ces phénomènes et assurer une continuité de l’ASEGUIM que j’ai jugé utile de me présenter à ce poste de haute responsabilité.

Quels sont les grands changements auxquels doit-on s’attendre avec Odia Mamady à la tête du CC ?

Si je suis élu président du conseil consultatif il faut s’attendre au respect strict de nos statuts, au contrôle rigoureux et efficace de la gestion du patrimoine et à la responsabilité physique et morale quant à la représentativité de l’association.

Pourquoi doit-on  croire à votre équipe ? N’est-ce pas vous avez déjà géré la commission bourses de l’actuel bureau ?

Pourquoi moi ? Mon parcours au sein de l’ASEGUIM va du poste de vice Président de la commission régionale de Beni mellal à celui de secrétaire général adjoint de Bureau Exécutif Régional de Tanger. Ensuite je suis allé de vice président à président de la commission Bourses du Bureau Exécutif Central. J’estime que j’ai un amour pour tout étudiant guinéen sans exception. Cet amour et mon engagement me permettent d’avoir une meilleure vue sur ce qui nous manque et le genre de leadership qu’il nous faut en ces instants critiques de notre vie associative. Il faut des Hommes ayant foi en une cause bien plus noble que le service personnel. Oui, comme je l’ai dit à l’entame…

Que diriez-vous de votre principal adversaire en tant que frère guinéen, peut-être animé des mêmes intentions que vous ?

Je dirai à mon concurrent que l’ASEGUIM a besoin de nous quel que soit l’issu de ces échéances et pour la Guinée, il n’y a pas de perdants.

Est-ce qu’avec Odia Mamady au CC, les bourses seront portées à 300% ?  Dites-nous surtout vos nouvelles stratégies puisque les grèves semblent non dissuasives pour les autorités.

En effet, ce sera le cas, et pas seulement l’augmentation. Nous nous battons également pour la bancarisation et l’accompagnement des doctorants. En collaboration avec les différentes instances de l’association, nous mèneront des démarches pour l’amélioration  effective de nos conditions de vie.

La stratégie pourra changer certainement. On usera de la maturité et de l’expérience acquise pour aller vers l’autorité compétente en la matière notamment la présidence de la république puisque l’ONABE est sous sa tutelle. Avec l’aide de l’ambassade et les efforts conjugués des ministères en charge du budget et ceux de l’économie conjuguée entre autres, je pense qu’on obtiendra gain de cause. C’est un défi. 

Avez-vous fait la paix avec l’ancien SG Mory Gbato ? Si vous aviez un message  à lui adresser, que diriez-vous ?

Il n’y a pas de guerre entre Gbato Mory et moi c’est un ami des premières heures au Maroc. Mon message pour lui est un souhait de réussite dans sa nouvelle vie.

Votre message de fin aux secrétaires généraux qui sont vos seuls électeurs.

Au SG des différentes villes et commissions régionales et BEC je dirai que je connais la réalité de la gestion des différentes structures et voter pour moi c’est assurer une pérennisation des acquis de notre patrimoine commun et une assurance de notre crédibilité en tant qu’association  qui va de l’avant. Je ne les invite pas seulement à voter pour moi mais à m’accompagner également s’ils m’élisent… Ils ont d’énormes expériences en tant que responsables et cela doit servir nos cadets. Que Dieu bénisse la Guinée et l’étudiant guinéen au Maroc. 

Merci Monsieur Kaba
Je vous en prie.

Propos recueillis par 
Cheick AfriMaghreb

Partagez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate AfriMaghreb
Facebook
Facebook
Google+
http://www.afrimaghreb.com/odia-mamady-kaba-nous-nous-battons-egalement-pour-la-bancarisation-de-la-bourse-laccompagnement-des-doctorants">
LinkedIn