Tanger : 3 arrestations chez l’activiste Aïssatou Barry

Récemment arrêtée et libérée, l’activiste Aïcha est de nouveau sous pression de la police. Des agents viennent d’arrêter trois filles guinéennes à mon domicile ; parmi elles, « deux sont souffrantes. L’une souffre de cancer et l’autre de thrombose » regrette-t-elle.
Sur la question de savoir ce que la police reproche aux filles qu’elle héberge, l’activiste dénonce un simple abus et un acharnement contre sa personne. Cela se traduit par les descentes répétitives des agents de sécurité dans son restaurant et son domicile.
« Elles ne sont pas en situation d’irrégularité. Elles ont tous leurs documents mais tout ça, c’est pour me mettre la pression pour m’arrêter à tout prix dans mon combat pour les migrants. J’ai été arrêtée, j’ai passé 48h au commissariat. Cette nuit encore, ils reviennent »  explique Aïcha.

A préciser que c’est dans la soirée du 16 mai que la militante a été relâchée. Plusieurs activistes et collaborateurs marocains, subsahariens et européens se sont impliqués pour assurer sa défense et lui apporter un fort soutien moral. Sur le réseau social Facebook, elle a sévèrement dénoncé les actes sournois de certaines personnes, notamment des subsahariens dont elle tait les noms dans son live.

Tout porte à croire qu’elle aurait été « accusée de détenir des informations sur les réseaux de passeurs par un ses détracteurs auprès de la police ». « Dites-moi cela vous rapporte quoi ? Partir parler de moi à la police vous a donné quoi ? Vous êtes vraiment sorciers mais moi je me reproche de rien et c’est Dieu qui est mon protecteur » les interpelle-t-elle.

Il faut ajouter qu’Aïssatou Barry est l’une des femmes migrantes les plus connues pour les luttes inlassables en faveur des migrants. Pour le moment, elle ignore les véritables intentions de la police concernant les trois filles.

Cheick Amad
Contact rédaction : afrimaghreb@gmail.com

A découvrir…

Partagez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate AfriMaghreb
Facebook
Facebook
LinkedIn