Voici cinq sujets de discussion à s’en méfier au Maroc

A lire ce titre, vous vous posez certes la question sur les garanties des libertés et droits fondamentaux au Maroc. On se demandera si la liberté d’expression et d’opinion y existent, la réponse serait oui, mais ces 5 sujets ne sont pas la bienvenue chez même le plus jeune marocain. C’est d’abord la société qui vous intime à les éviter avant même le pouvoir. Ce n’est pas qu’ils sont interdits mais c’est sensible et facile de se voir en erreur. Et là ? la suite…

En dépit du fait que le pays soit vraiment hospitalier et ouvert au modernisme, il y a bien pas mal de sujets qui ne doivent pas toujours faire l’objet de vos débats à l’école, au marché, dans les rues ou autres lieux publiques. Même dans certains lieux que vous pouvez estimer privé, il faut bien circonscrire ces sujets.
  • La politique interne du pays
Même si vous êtes un grand connaisseur de la géopolitique internationale, une fois au Maroc, ôtez ce costume surtout quand vous devez parler du pouvoir.
Quelque soit le lieu, la politique n’est toujours pas un bon sujet de discussion: droits de l’homme, partis politiques, administration publique, gouvernance, politique économique ou élections, en tant qu’étranger, le mieux est de parler de la politique gouvernementale de son pays que de s’ingérer dans celle des marocains. Eux – mêmes, en parlent de peu.
  • La religion
L’islam est au centre de la tradition marocaine. C’est un fondement de la vie du marocain.
Considéré comme pays musulman le plus tolérant au monde n’empêche qu’on s’y méfie d’offenser l’islam.Critiquer par exemple ouvertement la religion musulmane ou les musulmans est passible de délit. Vous pouvez être rapidement signalé et entendu pour vos propos ou actes blasphématoires. Alors évitez tout cela, si vous êtes chrétien ou d’une croyance autre que l’islam, vous devez pratiquer librement sans atteinte aux musulmans.
  • Le pouvoir de Sa Majesté
J’aurai dû même commencé par ce sujet. C’est le plus sensible de tout. Je ne vais pas m’attarder sur ce point. Sachez tout de même que vous avez deux choix à faire:
Soit tu parles du bon à propos de sa Majesté ou la famille royale, soit tu la fermes. Malgré que leur vie ne soit totalement rendue rose par le bien-aimé Roi, les marocains l’admirent et n’autorisent pas la moindre attaque verbale à son égard. C’est une question culturelle de respecter sa majesté. A dire vrai, j’ai sincèrement envie de rappeler que toutes nos constitutions aussi défendent les Présidents contre les offenses, malheureusement, on ne les respecte pas.
Alors au Maroc, ne laissez même pas traîner la photo de son bien-aimé Roi par terre.
  • Le sexe
Parler publiquement de sexe est synonyme de perversité. C’est bien plus qu’impoli aux yeux des marocains et c’est donner la mauvaise impression de vous. Débattre de la prostitution, du proxénétisme, de la virginité, d’avortement, de la pédophilie, de l’homosexualité en public vous fait perdre l’estime qu’a un marocain pour vous. C’est comme manquer de respect à la société et profaner ce qui doit être tenu secret.
  • Le front Polisario
Si vous êtes habitué à faire la carte de l’Afrique en laissant un territoire vide entre la Mauritanie, l’Algérie et le Maroc, une fois au Maroc, débarrassez-vous de cette image.
Au lendemain de la marche verte organisée par le Roi Hassan II contre les autorités espagnoles au Sahara, le territoire est libéré par l’Espagne à la suite des accords de Madrid signés le 14 novembre 1975 et ratifiés par le parlement espagnol le 18 novembre de la même année.
Contre toute attente, un Front Soutenu par l’Algérie voisine revendique l’indépendance du Sahara depuis 1975. C’est ce front indépendantiste opposé au Maroc qu’on appelle le Front Polisario. Ne pas soutenir le Maroc contre cette petite rébellion peut s’avérer une ingratitude. C’est comme soutenir la Catalogne contre le pouvoir de Madrid espérer être la bienvenue en Espagne.
Quand on est étranger dans un pays, on s’adapte aux normes qui le régissent…

A découvrir sur AfriMaghreb : la meilleure université de l’Afrique francophone en 2018 est au Maroc. 

Partagez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate AfriMaghreb
Facebook
Facebook
Google+
http://www.afrimaghreb.com/voici-cinq-sujets-de-discussion-a-sen-mefier-au-maroc">
LinkedIn